Valverde:"les favoris vont maintenant essayés de me suivre ou de m'attaquer"

Publié le par MkL

-Qu'est-ce qui est le plus important les secondes que tu as gagné à l'arrivée ou le coup porté au moral de tes adversaires?

Tout est important. Cette victoire permet de confirmer que ma préparation a été bonne. Les différences ne sont pas importantes mais les bonifications m'ont permis de gagner du temps.

-On a eu l'impression que tout le monde cherchait la victoire plus que de faire des différences à l'arrivée.

Oui, quand Vinokourov et Brajkovic ont attaqué, personne ne voulait collaborer à part Luis Perez. Tous les autres sont restés dans ma roue pour attendre le moment propice pour attaquer. Mais mes coéquipiers ont fait un énorme travail, surtout Joaquin, et j'ai eu la chance de pouvoir conclure cela par une victoire. Cette fois personne n'a profité du travail de mon équipe.

-Au début de l'ascension on t'a vu en queue de peloton et on a eu l'impression que tu étais en train de vivre un mauvais moment.

Non. Ce qu'il y a eu c'est que la chaleur était importante et qu'on la ressentait davantage en étant en tête du groupe. J'ai décidé de me laisser décrocher pour être plus tranquille. Mais c'est à ce moment que les attaques ont commencé et c'est pour cela que je suis remonté ensuite.

-Tu as attaqué à 9km du sommet et ensuite tu as relâché le rythme.

J'ai attaqué pour voir comment était mes adversaires. Mon intention était de provoquer une sélection en réduisant le nombre de coureurs dans le groupe. Mais je me suis retrouvé devant avec seulement deux coureurs avec moi et aucun ne voulait collaborer. C'est là que j'ai décidé de lever le pied et d'attendre que ça revienne de l'arrière.

-Brajkovic est le nouveau leader. Quelle opinion as-tu du slovène?

C'est un coureur très jeune et personne ne sait jusqu'où il pourra aller sur cette Vuelta. Il vit au jour le jour. Mais dans tous les cas il ne faut pas le négliger puisqu'il est en forme et qu'il a très bien répondu dans ces étapes de montagne. De plus, il est bon contre-la-montre.

-Sera-t-il ton principal adversaire?

Je ne sais pas. Il y a beaucoup de coureurs qui étaient bien sur cette étape. Plus que dans celle de la Covatilla. Par exemple on a vu qu'il fallait toujours compter avec Mayo et Vinokourov.

-Savais-tu à quelle distance de l'arrivée il te fallait attaquer pour pouvoir encore dépasser Vinokourov?

Comme personne ne collaborait j'ai essayé de maintenir un bon rythme afin que Vinokourov ne prenne pas trop d'avance et j'ai attendu le moment où j'ai senti que je pouvais tout donner pour accélérer. J'ai attaqué à 300 mètres de la ligne et ça s'est bien terminé pour moi.

Source:As

 

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article