Entrevue d'avant Tour avec Alejandro Valverde

Publié le par mkl

-Quel est ton objectif pour ce grand rendez-vous, ton batême du feu avec la Grande Boucle?

J'y vais avec l'idée d'aider l'équipe, de donner un coup de main à Paco Mancebo pour qu'au final il soit le plus possible dans le classement général...et si je peux, gagner une victoire d'étape sur le Tour de France.

 

-Sur ce que tu dis, tu t'écartes de la bataille pour le classement général et pour le podium?

C'est mon premier Tour et en me repassant l'histoire j'ai vu que c'était très difficile de faire bien dès la première participation.

 

-Y aller avec une ambition dissimulée en transférant le leadership de l'équipe à Mancebo, c'est une stratégie préméditée?

Dans l'absolue, c'est la réalité. Paco a déjà disputé plusieurs Tour, il sait comment il se courre, il connait le scénario, les cols et je pense que c'est une opportunité unique pour lui d'accrocher le podium et s'il peut un peu plus.

 

-Combien de fois as-tu regardé ces jours-ci le parcours?Le tracé te plait-il?

Très souvent, trop (il rit)...et en y pensant à chaque fois par la suite j'arrive à la même conclusion: c'est très dur, très exigeant mais c'est, je pense, comme tous les ans.

 

-Es-ce que les arrivées en altitudes concoctées par l'organisation du Tour te plaisent?

J'ai vu les étapes de montagne et je dois dire que oui. Ce sont des cols très longs mais sans pourcentage excessifs, en cela j'ai noté une petite différences avec les cols en Espagne.

 

-Puisque que tu dis ne pas faire partit des favoris pour la victoire sur les Champs Elysees, qui vois-tu comme candidat principal pour le podium final?

Armstrong en premier lieu vu ce qu'il a démontré les 6 dernières années. Je crois qu'il est au dessus du lot. Après il y a un groupe de coureurs comme Ullrich, Mayo, Mancebo ou Heras qui peuvent lutter pour la victoire finale.

 

-Ces jours qui précèdent le Tour sont-ils différents? As-tu déjà ressentit de la peur à l'idée de participer à ton premier Tour?

Si, sans doute. J'y vais avec beaucoup d'illusions. Ces jours qui précèdent le Tour sont très différents que les jours qui précèdent n'importe quelle autre course que j'ai courru. C'est le Tour et en plus mon premier mais je crois que la clé pour que tout aille bien c'est de passer la première semaine. Les premiers jours c'est sûr qu'ils vont être très compliqués, la première semaine est la pire. Nous verrons ensuite. Par chance, je viens avec une équipe qui, du directeur sportif jusqu'au dernier collaborateur, a une grande expérience et une grande connaissance de ce qu'est le Tour. Cela me donne beaucoup de tranquilité et je suis sûr que je vais apprendre beaucoup.

 

-Tu n'as pas gagné le championnat d'Espagne, cela te met-il plus de pression?

Ce sont des courses différentes. Je ne suis pas partit, comme il a été dit, touché par le fait de ne pas avoir gagné. J'avais beaucoup de désirs de gagner et en plus je me sentais bien. Il m'a manqué le facteur chance mais il ne faut pas dramatiser.

 

Source: www.as.com

 

 

 

 

 

Publié dans alejandrovalverde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article