A. Valverde: "La Clasica San Sebastian est exigente, il faut être en bonne forme pour y faire quelquechose"

Publié le par MkL

C'est difficile de dire que l'état de forme actuel d'Alejandro va lui permettre d'être compétitif dans la partie finale de la course surtout quand le Jaizkibel va se présenter; mais une chose est sûre il se présentera sur la ligne de départ dans un bon état physique.

"La Clasica est très exigente et il faut être en bonne forme pour être devant. Dans l'ascension de Jaizkibel il faudra être fort pour élever le rythme".

Il n'a pas perdu son temps suite à son abandon sur le Tour puisqu'il n'est resté que 5 jours sans rien faire puis a passé 5 jours sur rouleaux chez lui. Il a pu ensuite retourner sur ses routes d'entrainement où il n'a cessé d'augmenter la distance.

Le plus important c'est que ces derniers jours il a constaté "une amélioration importante. Je ne sais pas si je suis au niveau que j'avais avant le Tour. Il me manque encore un petit quelquechose mais les sensations sont bonnes".

"J'ai commencé à escalader des cols. C'est pour cela que je veux faire la Clasica, pour voir comment cela va répondre en compétition". Le lendemain il participera à la Subida a Urkiola et ensuite il ira peut être s'entrainer dans la Sierra Nevada.

"Tout va dépendre de mes sensations en course, voir si j'ai besoin de travailler plus. Il reste encore pas mal de temps pour acquérir la forme avant le départ de la Vuelta." Il a également réussi à maintenir son poids de forme depuis sa chute sur le Tour. "En hiver je prends 3 ou 4 kilos, pas plus, mais durant la saison je maintiens mon poids de forme sans problème".

Ses ambitions pour la Clasica sont "de finir le plus haut possible dans la classement et donc forcément de finir la course. C'est le Jaizkibel qui sera le juge de paix. De cette ascension ressortira un petit groupe dont sera issu le vainqueur. Pour diverses raisons, je ne suis jamais arrivé en pleine possession de mes moyens sur cette course."

Il voit les italiens Bettini et Di Luca comme favoris. Il n'a pas perdu le moral suite à son Tour de France. "On ne peut rien faire contre la mauvaise chance. Je dois regarder devant moi et espérer être bien sur la Vuelta."

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article