Présentation du parcours du Tour de France 2006 (J-5)

Publié le par MkL

Le grand départ de cette édition tant attendue, suite à la retraite d'Armstrong, aura lieu le samedi 1er juillet de Strasbourg et prendra fin le 23 juillet sur les Champs Elysées. Le parcours, long de 3657km, est dans la lignée de ces dernières années.

Les chiffres :

  • 2 journées de repos (Bordeaux, Gap)
  • 3 CLM individuels (prologue, 12ème, 19ème)
  • 3 arrivées en altitude (Val d'Aran-Pla-de-Beret, L'Alpe d'Huez et La Toussuire)
  • 4 étapes accidentées
  • 5 pays étrangers visités (Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Belgique et Espagne)
  • 5 étapes de montagne
  • 8 villes-étapes inédites : Obernai, Saint-Grégoire, Cambo-les-Bains, Val d'Aran-Pla-de-Beret, Montélimar, La Toussuire, Saint-Jean-de-Maurienne et Antony)
  • 9 étapes de plaine
  • 22 cols de 2ème, 1re et Hors Catégorie
  • 116 kilomètres contre-la-montre individuel
  • 2645 mètres, l'altitude du Galibier, le toit du Tour 2006
  • 3657,1 kilomètres au total

Les principales difficultés :

  • Col d'Osquich (10ème étape) : 6 km à 5,3 % (km 50/500 m)
  • Col du Soudet (10ème étape) : 14,7 km à 7,3 % (km 101/1540 m)
  • Col de Marie Blanque (10ème étape) : 9,3 km à 7,7 % (km 148/1035 m)
  • Col du Tourmalet (11ème étape) : 18,4 km à 7,7 % (km 76/2115 m)
  • Col d'Aspin (11ème étape) : 12,3 km à 5,2 % (km 106/1489 m)
  • Col de Peyresourde (11ème étape) : 9,5 km à 7,1 % (km 137/1569 m)
  • Col du Portillon (11ème étape) : 7,9 km à 8,4 % (km 162/1320 m)
  • Pla-de-Beret (11ème étape) : 13,5 km à 5,4 % (km 205/1860 m)
  • Col d'Izoard (15ème étape) : 14,2 km à 7 % (km 86/2360 m)
  • Col du Lautaret (15ème étape) : 12,1 km à 4,4 % (km 134/2058 m)
  • L'Alpe d'Huez (15ème étape) : 13,9 km à 7,9 % (km 187/1860 m)
  • Col du Galibier (16ème étape) : 42,8 km à 4,5 % (km 45/2645 m)
  • Col de la Croix-de-Fer (16ème étape) : 22,7 km à 7 % (km 127/2067 m)
  • Col du Mollard (16ème étape) : 5,8 km à 7 % (km 147/1638 m)
  • La Toussuire (16ème étape) : 18,4 km à 6 % (km 182/1690 m)
  • Col des Saisies (17ème étape) : 14,9 km à 6,4 % (km 82/1650 m)
  • Col des Aravis (17ème étape) : 5,9 km à 7,3 % (km 108/1498 m)
  • Col de la Colombière (17ème étape) : 11,8 km à 5,9 % (km 133/1618 m)
  • Côte de Châtillon (17ème étape) : 5,1 km à 4,9 % (km 160/735 m)
  • Col de Joux-Plane (17ème étape) : 11,7 km à 8,7 % (km 187/1700 m)

 

Les étapes présentées par Christian Prudhomme, le patron du Tour:

 

Etape 1, Prologue, Strasbourg : «Prologue de 7 kilomètres le long du parc de l’Orangerie, avec de belles avenues larges. C’est un parcours plat, pour spécialistes. Le prologue ne se fera pas en fin de journée mais le dernier coureur arrivera vers 16h30 pour ne pas coïncider avec la Coupe du monde.»

Etape 1, 2 juillet, Strasbourg > Strasbourg : «183 kilomètres dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Incursion d’une trentaine de kilomètres en Allemagne, et une seule côte au programme, la côte de la Pierre Sainte. Fin d’étape rapide à prévoir avec de longues lignes droites. Ce sera dévolu a priori pour les sprinters.»

Etape 2, 3 juillet, Obernai > Esch-sur-Alzette : «223 kilomètres vallonnés avec deux cols de troisième catégorie, et des bosses un peu partout.»

Etape 3, 4 juillet, Esch-sur-Alzette > Valkenburg : «216 kilomètres. Départ de Luxembourg direction les Pays-Bas en passant par la Belgique. Etape accidentée avec 90 kilomètres au Luxembourg. Final sinueux aux Pays-Bas. Ce sera un mélange de classique de Printemps avec Liège-Bastogne-Liège et l’Amstel Gold Race. L’arrivée sera située à deux kilomètres du Cauberg, à Valkenburg.»

Etape 4, 5 juillet, Huy > Saint-Quentin : «Autre étape empruntant un parcours de classique (Flèche Wallonne) avec le départ depuis Huy. 215 kilomètres sans passer par le mur de Huy. Ce sera le troisième départ de l’histoire du Tour depuis Huy. Direction la Picardie, avec les routes du GP de Fourmis) et arrivée à Saint-Quentin.»

Etape 5, 6 juillet, Beauvais > Caen : «219 kilomètres. Beaucoup de sprints intermédiaires à Pont l’Evêque notamment. Dans son dernier tiers, le parcours sera tracé au travers du Pays d’Auge. Dix derniers kilomètres tout plat avec une arrivée à côté de l’hippodrome.»

Etape 6, 7 juillet, Lisieux > Vitré : «Lisieux, 36 ans après ! Etape de 184 kilomètres. Une seule côte sur le parcours, à Vimoutiers, mais ce ne sera pas le mur des Champeaux, mais nous passerons quand même la ligne d’arrivée de Paris-Camembert en sens inverse. Vitré est une habituée avec la Route Adélie. Etape habituellement réservée aux sprinters (Cipollini en 1995).»

Etape 7, 8 juillet, Saint-Grégoire > Rennes : «CLM Saint-Grégoire-Rennes, le premier rendez-vous à ne pas manquer pour ceux qui veulent briller le 23 juillet aux Champs-Élysées. Départ inédit. Long CLM de 52 kilomètres. Relativement plat, pas de difficulté, parcours pour rouleurs.»

Etape 8, 9 juillet, Saint-Méen-le-Grand > Lorient : «Etape qui promet. Ca tourne dans tous les sens, ça monte, ça descend. Ce sera propice aux échappées. A noter un sprint intermédiaire sur la ligne d’arrivée des Mondiaux de Plouay. Arrivée à Lorient par les terres, comme lors de la victoire de Botero.»

10 juillet : Journée de repos

Etape 9, 11 juillet, Bordeaux > Dax : «Après le transfert et la journée de repos, étape pour sprinters. Avec 1500 mètres linéaires à Dax, ce sera l’une des plus longues lignes droites de l’histoire du Tour.»

Etape 10, 12 juillet, Cambo-les-Bains > Pau : «196 kilomètres jusqu’à Pau. Col d’Osqich, première difficulté du jour. C’est un hors d’œuvre avant le Soudet par le versant le plus rude, avec une route délicate, qui ne «rend pas». 14 kilomètres à 7,3 % avec 8% sur la fin. Puis Marie Blanque, également par le côté délicat. Attention, 1035 mètres d’altitude peu inquiétant au premier abord, mais ça monte. L’arrivée est à 45 kilomètres. C’est la première étape de montagne, donc il peut y avoir du dégât.»

Etape 11, 13 juillet, Tarbes > Val d'Aran - Pla-de-Beret : «Journée très exigeante. Cinq ascensions. Le Tourmalet par Luz-Saint-Sauveur. Puis Aspin, le premier col pyrénéen de l’histoire du tour. Peyresourde et le col du Portillion avant l’arrivée en Espagne. Arrivée inédite à Pla de Beret. L’arrivée développe 13,5 kilomètres à 5,5% sur une petite route. La seconde partie de l’ascension est plus rude que le début.»

Etape 12, 14 juillet, Luchon > Carcassonne : «Le 14 juillet, étape de transition avec 211 kilomètres au programme. Moyenne montagne avec le Col des Arts comme difficulté. Arrivée à l’ombre des remparts de la cité.»

Etape 13, 15 juillet, Béziers > Montélimar : «231 kilomètres, la plus longue étape du Tour 2006. Etape de transition pour les baroudeurs. Routes propices aux attaques. 1ère arrivée à Montélimar.»

Etape 14, 16 juillet, Montélimar > Gap : «Etape accidentée de moyenne montagne avec route étroite et sinueuse. Col de la Sentinelle sur la fin du parcours.»

17 juillet : Journée de repos

Etape 15, 18 juillet, Gap > L'Alpe d'Huez : «Etape de l’Alpe d’Huez. Première étape de la trilogie alpine 2006. Premier col, le col d’Izoard par le versant sud et son aspect lunaire. Direction le Lautaret et plongeon vers Bourg d’Oisan, et l’Alpe d’Huez. 187 kilomètres au programme.»

Etape 16, 19 juillet, Bourg d'Oisans > La Toussuire : «182 kilomètres. Direction le Galibier, plus haut col du Tour 2006. Valloire puis le Télégraphe et Sain-Jean de Maurienne et la Croix de Fer. Le col du Mollard, inédit sur le Tour, avec une descente spectaculaire, étroite et sinueuse. Montée sur la Toussuire, 18 kilomètres à 6%.»

Etape 17, 20 juillet, Saint-Jean-de-Maurienne > Morzine : «Belle, longue et difficile journée dans la montagne. Le Col des Saisies, les Aravis, la Colombière, la côte de Châtillon, et enfin Joux-Plane, 12 kilomètres à 9 %. Richard Virenque s’y est imposé pour la dernière fois lors du Tour du centenaire, en 2003.»

Etape 18, 21 juillet, Morzine > Mâcon : «193 kilomètres. Dernière occasion de s’illustrer pour certains avant l’arrivée et un dernier petit col.»

Etape 19, 22 juillet, Le Creusot > Montceau-les-Mines : «22 juillet, dernier contre-la-montre. 56 kilomètres pour la dernière grande bagarre. Parcours vallonné, exigeant, pour les hommes forts du Tour dans la troisième semaine.»

Etape 20, 23 juillet, Antony-Parc de Sceaux > Paris Champs-Élysées : «155 kilomètres. Le Mont Valérien au programme, dernière occasion pour décrocher le maillot de meilleur grimpeur. La Seine comme acte dominant de la journée avec un parcours tout du long et le classique circuit autour des Champs-Élysées.»


Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article