Eusebio Unzué:"les grands Tours sont à la portée de Valverde"

Publié le par MkL

Sans champagne mais avec de la bière comme le veut la tradition belge, les coureurs de la Caisse-d'Epargne ont célébré dans la nuit de mercredi la victoire d'Alejandro Valverde sur la Flèche Wallonne. Avec eux il y avait un Eusebio Unzue heureux qui a enfin réalisé un de ses souhaits, gagner une grande classique.

-Est-ce qu'il y a une comparaison possible entre Valverde et Indurain?

Par rapport à leur profil de coureur ils ont peu en commun. Miguel était un coureur puissant et avant tout un excellent coureur contre-la-montre, il a ensuite pu, grâce à un énorme travail, se défendre en montagne et accompagner les meilleurs grimpeurs. Alejandro est rapide, il se défend bien dans la montagne, comme il l'a démontré l'année passée sur le Tour et il est capable de réaliser de très bons chronos en côte. Sa pointe de vitesse lui permet de bien figurer dans les arrivées. Parfois il n'est pas supérieur aux autres mais marque la différence en fin d'étapes lors des sprints.

-Ils sont donc différents mais n'est-il pas possible qu'ils aient la même destiné?

Nous connaissons tous le palmarès de Miguel, qui a tout gagné mis à part la Vuelta, un mondial en ligne et une classique historique puisqu'il n'a gagné "que" la Clasica San Sebastian. Alejandro a encore beaucoup de temps devant lui. Je crois que tous les objectifs peuvent être à sa portée mais il doit s'améliorer dans les CLM. Un grand Tour est à sa portée et c'est l'objectif que nous avons pour lui à moyen terme.

-Cela nous donne la sensation que, petit à petit, vous êtes en train de fabriquer le champion de demain. Il est allé chez un biomécanicien Italien, a amélioré sa cadence de pédalage, son aérodynamisme...

Tous les moyens possibles sont à sa disposition.

-Pense-t-il au Tour?

Oui, parce que Valverde est comme beaucoup d'autres coureurs, il ne peut résister à la magie du Tour. Je l'ai vu très contrarié l'année passée du fait qu'il n'ait pas pu arriver à Paris à cause de son problème au genou. Pour gagner le Tour il faut des années d'expérience sur cette course ce que n'a pas Alejandro.

-Fuyez-vous les responsabilités?

Non, nous ne renonçons à rien qui est à notre portée, mais pour le moment nous ne voulons pas qu'Alejandro supporte un poids qu'il n'a aps à supporter. Nous savons que la Vuelta est un objectif à sa portée parce qu'il a déjà terminé sur le podium mais pour le moment ça n'est pas encore arrivé sur le Tour et nous ne savons pas si cela sera possible un jour. Il lui manque encore la troisième semaine de course ainsi que les mauvais moments qui renforcent un coureur.

-Miguel Indurain gagna son premier Tour à 27 ans.

Oui, mais il avait participé à plusieurs Tours avant. En 1990, quand nous avons constaté sa progression, surtout en montagne (il avait déjà gagné une étape de montagne sur le Tour en 1989), nous nous sommes rendu compte qu'il pouvait faire quelquechose sur cette course. Alejandro, pour le moment, n'a pris part qu'à 13 étapes.

-Mais il n'a pas encore 26 ans. Peut-il quand même rêver du Tour 2006?

Pourquoi pas? On peut rêver mais après qu'il ait finit son apprentissage du Tour et ait rallié l'arrivée à Paris.

-Est-ce qu'il a le profil d'un homme du Tour?

Il doit s'améliorer dans les contres-la-montre parce que si ses rivaux lui prennent 4 secondes au kilomètre il ne pourra rien faire. Par contre si il ne perd qu'une à deux secondes au kilomètre, il pourra rattraper ce déficit. En montagne, nous savons qu'il peut être avec les meilleurs.

Source: Marca

 

Publié dans alejandrovalverde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article