Valverde avant le Tour du Pays Basque: "Toutes les étapes me plaisent, elles seront très dures"

Publié le par MkL

Valverde arrive sur le Tour du Pays Basque après avoir contrôlé son début de saison cherchant à arriver en pleine forme pour le mois d’avril. La course paraît être taillée pour lui avec bon nombre d’étapes où il peut briller. Il connaît ces routes depuis qu’il est cadet. Il a déjà gagné 4 étapes ces trois dernières années, terminé à la 5ème place du général et a été leader sur quelques étapes ce qui le place comme vainqueur potentiel.

 

-Dans quel état de forme te trouves-tu avant le départ du Tour du Pays Basque ?

 

Bon. Après le Tour de Murcie j’ai continué à bien m’entrainer. J’ai alterné qualité avec des entrainements de 5 ou 6 heures et intensité dans des entrainements de 3 heures. J’ai travaillé avec une température de 29°, donc dans de très bonnes conditions.

 

-Avec quelles idées arrives-tu sur cette course ?

 

Avec l’idée d’essayer de gagner une étape.

 

-Laquelle ?

 

Je ne sais pas. Elles sont toutes dures, certaines sont très difficiles. La vérité c’est quelles me plaisent toutes. De la première à la dernière.

 

-Connais-tu ces étapes ?

 

Surtout les deux premières. Erlaitz et Jaizkibel je les connais bien. Ce sont des finals très difficiles. Le peloton va exploser et il y aura une véritable sélection avant l’arrivée. Je ne pense pas quelles seront décisives en vue de la victoire finale mais nous verrons ceux qui ne pourront pas gagner.

 

-Qu’est-ce que tu penses de l’étape de Segura (3ème étape) ?

 

Elle sera également difficile, surtout le final, en supposant avant cela franchir les difficultés précédentes avec les meilleurs. En regardant simplement le profil ça donne une bonne idée de ce qu’on va devoir affronter. Je connais également l’étape de Vitoria, la seule où peut arriver un peloton de 70 ou 80 hommes. Dans toutes les autres se seront des groupes plus réduits.

 

-Ecartes-tu le classement général ?

 

Non, mais je ne me vois pas le disputer, en tout cas à ce jour. Je dois voir comment seront les différents adversaires. Pour le moment je n’ai pas de références.

 

-Est-ce que le contre la montre de Zalla te défavorise ?

 

Il ne m’avantage pas, mais c’est un chrono qui n’est pas totalement plat ; cela sera un très bon test pour voir ce que donne mes entrainements avec le vélo de contre la montre ainsi que le changement de position. Il paraît difficile ce qui est un bon point pour les non spécialistes.

 

-Tu coures à Gipuzkoa depuis que tu es cadet et ces parcours t’ont toujours très bien réussis, pourquoi ?

 

Je ne sais pas, mais ce que tu dis est vrai. Simplement ce type de terrain me correspond. Ils sont durs et sélectifs. Dans le Tour du Pays Basque je n’ai jamais gagné le classement général mais cela me plairait vraiment. Il n’y a pas d’arrivées massives au sprint, la difficulté est un filtre pour beaucoup de coureurs. Je passe bien ce type de cols ce qui n’est pas le cas des sprinteurs.

 

-Quels coureurs vois-tu pour gagner à Zalla ?

 

Je ne sais pas. Je ne connais pas l’état de forme d’un coureur comme Di Luca. Rebellin est un des coureurs qui sera certainement devant. Ce type de tracés paraît être fait pour lui. Mais il y en a bien d’autres.

 

-Tu donnes l’impression de ne pas donner d’importance aux coureurs que tu vas pouvoir croiser .

 

Ce n’est pas cela. Cela m’importe beaucoup, mais je manque de compétition directe avec eux pour savoir comment ils sont. J’ai encore le temps d’étudier la liste des partants.

 

-Quelle vision globale as-tu de cette course, est-elle si dure que tu le dis ?

 

Elles est dure, mais surtout il y aura beaucoup de tensions. Celui qui voudra gagner devra être tous les jours devant. Et tout le monde voudra être devant.

 

-Au Tour de Murcie, tu avais projeté de gagner une étape, en va-t-il de même ici ?

 

Non, même si nous allons surement le décider par la suite. A Murcie l’étape qui arrivait à Alhama passsait par mes routes d’entrainements, je connaissais donc les montées et descentes par cœur.

 

-Depuis le Tour de Murcie tu n’as fais que Milan-San Remo, as-tu envi de retrouver la compétition ?

 

Oui. Je suis un compétiteur. Je n’ai pas beaucoup couru pour le moment. J’ai fais 3 jours au Challenge de Majorque, la Clasica Almeria , le Tour de Murcie et Milan San Remo.

 

-Au total 10 jours de compétition, ce n’est pas énorme.

Cela va changer en avril. Ce sera un mois plus complet. En plus du GP Indurain et du Tour du Pays Basque je ferai les classsiques (Amstel, Flèche LBL). Après il y aura le Tour de Romandie. Plus tard je serai au Dauphiné Libéré et au championnat d’Espagne avant le Tour. C’est ce qui a été programmé.

 

-Et ensuite ?

 

Je ne sais pas. Je souhaite d’abord affonter cette première partie de saison, voir comment les choses se passent et ensuite on verra. Cela me plairait de faire le mondial, mais il faut que je vois qu’elle sera ma condition à ce moment. C’est pour cela que j’ai commencé la saison plus tranquillement comparativement à 2005.

 

 

Source: Diariovasco

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article