Les nouveaux français de l'équipe parlent de Valverde

Publié le par MkL

Deux des nouvelles recrues de la Caisse d'Epargne, Nicolas Portal et Matthieu Perget qui symbolisent l'entrée au premier plan du sponsor français, parlent d'Alejandro.

 

Nicolas Portal:

Vous connaissiez Alejandro Valverde avec l'oeil de l'adversaire, maintenant, vous êtes équipiers, comment l'appréhendez-vous désormais ?
"Il m'impressionne un petit peu. C'est quelqu'un de très simple, on voit beaucoup de reportages qui le montrent comme ça. C'est un gars hyper intelligent sur le vélo. Il regarde tout, il ne fait pas de trucs pour rien, et il est très sympathique. On s'est vus tous les deux à une présentation chez le sponsor. J'étais gêné, et il a été très sympathique, très gentil."

Vous le sentez bien pour les années à venir, déjà pour 2006 ?
"Oui, l'équipe ne lui met pas la pression. Quand on parle aux dirigeants de gagner le Tour dès cette année, Francis ou Euzebio disent qu'il est encore un peu jeune, que s'il peut gagner une étape et terminer pour prendre de l'expérience, se gérer trois semaines, c'est bien. Ils ont un grand champion sous la main, ils ne le pressent pas, c'est une histoire de confiance."


Mathieu Perget:

Comment s'est passé le premier stage, vous étiez tremblant ?
"Je n'osais pas parler avec Alejandro Valverde, tout ça, car ce sont des stars, mais par la suite, ça a été, le stage s'est bien passé. Je suis tombé une fois, on n'a pas trop, trop roulé. Il a fait mauvais et il y avait des séances photos à faire. Comme j'étais tombé, Valverde prenait de mes nouvelles, c'était sympa, mais je ne suis pas arrivé avec les yeux grands ouverts. On est lancés dans le truc, il ne faut pas avoir peur."

Vous côtoyez Alejandro Valverde maintenant, comment est-il dans la vie de tous les jours ?
"Je le voyais comme un tueur, car pour battre Lance Armstrong, il faut le faire, mais je ne vais pas faire trop de courses avec lui. Sinon, c'est un monde au-dessus. Déjà à l'entraînement, on voit que c'est un grand. Je le vois gagner le Tour sous pas longtemps (il répète), pas longtemps.


Source: Vélo 101

Nicolas Portal (à droite) aux côtés des leaders de l'équipe, avec, de gauche à droite Karpets, Pereiro et Valverde

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article