Indurain: "Valverde doit apprendre à souffrir sur le Tour"

Publié le par MkL

Il reste une étoile partout où il va et plus encore si c’est sur ses terres en Navarre. Huit ans après avoir annoncé sa retraite, les gens ont gardé en tête ses 5 victoires consécutives dans le Tour, il reste également comme un des meilleurs sportifs espagnols de tous les temps.

Miguel a croisé Alejandro durant une manifestation organisée par l’association de la presse sportive espagnole. Les deux champions ont ainsi échangé quelques mots.

 

 

-Qu’avez vous dit à Valverde ?

 

Rien de spécial. Je l’ai félicité pour l’excellente saison qu’il a accomplit et je l’ai encouragé à suivre le même ligne pour la suite.

 

 

-On vous a vu très souriant…

 

C’est normal, nous participions à un rassemblement festif.

 

 

-Voyez-vous en Valverde un possible successeur ?

 

Je vois en lui un grand coureur. Je ne sais pas si il sera ou non mon successeur, c’est le temps qui le dira…

 

 

-Toutefois j’ai l’impression qu’en temps que cycliste vous ne vous ressemblez pas du tout. Je ne sais pas si vous êtes d’accord…

 

J’avais certaines qualités et lui en a d’autres. Lui est plus explosif que moi, plus fort sur les courses d’un jour.

 

 

-Et cela est-il bon ou mauvais pour courir le Tour ?

 

Cela dépend. Premièrement Alejandro doit savoir ce que c’est de terminer un Tour. L’année passée il a participé à sa première grande boucle où il n’a fait que 13 jours. C’est peu de temps pour se rendre compte de la grandeur de la course, de la souffrance qu’il y a à la finir…Et je ne parle même pas de la gagner !

 

 

-Le geste d’Armstrong, quand le Murcien l’a battu à Courchevel, pouvait faire penser qu’il nous montrait là sa succession pour les années à venir…

 

Peut-être. Mais il doit d’abord apprendre à souffrir, il doit savoir qu’il connaitra de mauvais jours et qu’il va falloir apprendre à les gérer de la meilleur manière possible. Les conditions sont réunis pour qu’il soit un grand cycliste mais il lui faut encore un peu de temps. Cette année doit être celle de la confirmation sur le Tour. Et, à partir de là, penser à des objectifs plus élevés.

 

 

Source : La Verdad

 

 

Publié dans alejandrovalverde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article