Unzue:"Je veux que Valverde tombe amoureux des classiques"

Publié le par MkL

Le directeur sportif des Illes Balears vient de commencer la saison par une victoire d'un de ses cyclistes, Isaac Galvez, et espère beaucoup de Valverde pour 2006. Unzue est confiant pour Alejandro au sujet du Tour et des classiques.

 

-Bon début de saison, non?

Mieux ce n'est pas posssible. Galvez est une de nos pièces maitresse à Majorque.

 

-Les Illes Balears ont changé d'image, nouveau maillot, sponsor important, mais tous les yeux se tournent vers le même homme: Alejandro Valverde.

C'est parce qu'il a la grande classe, c'est un des cyclistes qui fera parler le plus durant cette saison.

 

-Quels plans avez-vous pour lui?

Pour cette saison, nous ne voulions pas qu'il arrive avec énormément de kilomètres en février ce qui lui permettra d'être plus forme pour les dates importantes de son calendrier.

 

-Qu'espérez-vous de lui dans un futur immédiat?

J'aimerais qu'il découvre la magie des classiques. Ses caractéristiques cyclistes s'adaptent parfaitement à ce type de courses. On va tout donner pour des courses du type Amstel, Flèche Wallonne...On se souvient que Miguel Indurain était proche de gagner une Amstel à la fin des années 80 mais qu'il s'était fait rattrapper sur la fin. L'ambiance sur ces courses est magnifique, c'est une religion.

 

-Mais c'est également le premier Tour de France sans Armstrong, il est l'espoir de tout un pays.

Valverde est très polyvalent, mais il est vrai que dans le cyclisme espagnol on valorise plus les courses d'une ou de trois semaines. Le pays a eu quelques beaux champions sur ce types de courses.

 

-Seul Merckx se permettait de tout gagner, vrai?

Oui, mais aujourd'hui il n'y a plus de coureurs comme lui.

 

-Valverde non plus ne pourrait pas se permettre cela?

Il est capable de gagner une classique belge en avril, faire un grand Tour de France et remporter le mondial. Mais nous devons lui laisser du temps car il est encore jeune.

 

-Le peuple lui demande d'être performant sur le Tour.

Oui, mais en premier lieu, il doit le terminer, cela il ne l'a pas encore fait pour le moment. Les derniers vainqueurs étaient plus vieux que lui, pour gagner le Tour on doit avoir une maturité physique qu'il n'a pas encore. Et de l'expérience. La résistance est une des valeur essentielle. Valverde doit passer l'examen du Tour, mais j'insiste sur le fait qu'il doit tomber amoureux des classiques, parce que ces grandes courses sont à sa portée.

 

-Vous travaillez pour cela, non?

Et très dur. Nous étions à Trévise (Italie) pour améliorer son coup de pédale avec les ingénieurs de chez Pinarello et son aérodynamisme. Et je pense qu'il y a dejà des résultats. Pour le moment il gagne une seconde tous les quatres kilomètres ce qui n'est pas énorme mais il a d'ores et déjà un coup de pédale plus souple ce qui est important pour les grandes courses par étapes.

 

-Comment définissez-vous la nouvelle idole du peuple?

En premier lieu c'est un gagneur.

 

-Nous aimerions en savoir plus.

Il est obéissant, observateur de tout ce qui l'entoure, il apprend vite. Et, de plus, c'est un bon compagnon car il est de ceux qui font naitre un groupe. Je suis heureux de voir que, bien qu'il progresse, il ne change pas dans sa façon d'être et d'agir. Il lui est arrivé beaucoup de choses, mais il est resté le même que lorsque qu'il est arrivé chez nous.

 

Source: As

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article