Valverde:"mes rêves d'enfant se sont réalisés"

Publié le par MkL

Pour le moment il n'a pas gagné le Tour , qui sera son grand objectif pour 2006, mais Alejandro Valverde s'est fait une place parmi les tous meilleurs du peloton mondial. Sa victoire à Courchevel, devant Lance Armstrong, lui a donné plus de confiance en ses possibilités et il se montre convaincu que, avec un peu de chance et de temps, il pourra gagner le Tour de France. "J'ai seulement 25 ans et, par conséquent, beaucoup de temps pour le gagner. Je ne prétend par battre le record d'Armstrong un jour, sinon gagner un Tour. Et si je peux deux, au mieux." Il n'est pas de ceux qui perdent du temps, même si il est encore jeune il sera là pour lutter contre Basso, Ullrich et Vinokourov, selon lui les grands favoris, dans cet order, pour la victoire. Valverde n'a fait le Tour qu'une fois, mais sans oublié la Vuelta qui est la course de ses terres et qu'il aimerait gagner un jour, il est tombé amoureux de cette course. "Depuis que je suis gamin je me dis que la meilleur course du monde est le Tour et maintenant je sais que c'est vrai. Qui n'aimerait pas le gagner?"

Jusqu'à maintenant, Alejandro a obtenu tout ce qui lui a été proposé dans le cyclisme. "Mes rêves d'enfants sont devenus réalités, ils se sont réalisés au pied de la lettre". Mais le peut-il avec le Tour? Il ne faudrait pas en être étonné quand on jette un oeil à son parcours. "Je pense que tout est plus difficile maintenant. Jusqu'à maintenant, la vérité c'est que ça été facile pour moi puisque années après années et catégories après catégories, j'ai remporté des victoires". Dans son cas, les succès ont effacé le difficile chemin pour parvenir au monde professionnel, ce qui est normalement assez difficile pour tous ceux qui le tente. "Passer professionnel n'a pas été un problème pour moi", dit-il avec sérieux et humilité. "Dès que je me suis fixé cet objectif je savais que j'y arriverai. Je me sens vraiment privilégié parce qu'en plus de faire ce que j'aime, je vis de ma passion".

Cela fait dejà pas mal d'années qu'Alejandro a commencé à écrire sa légende. J'ai commencé à courir à 9 ans", explique-t-il. "Mon père courrait en vétéran. Il a commencé tard (34 ans), mais il avait beaucoup de force. Et, pour faire du sport et un peu de régime, mon frère Juan Francisco courrait également. Il était très bon et aurait pu être professionnel, mais à cause de certaines circonstances (problèmes avec son équipe) il est resté amateur". Heureusement que ça n'a pas été le cas pour Alejandro. "Mes parents et mon grand-père m'appuyaient à 100%, ils m'ont payé tous mes vélos alors que nous vivions de revenus modestes".

Le reste, c'est évident, était une question de génétique. "J'ai finis deuxième de ma première course." A partir de là il a enchainé une cinquantaine de victoires. "De 11 à 14 ans je n'ai pas perdu une course", ce qui fait qu'il était très réputé dans la région et qu'on le surnommait "l'imbatable". "Certains n'appréciaient pas de me voir sur les courses et se demandaient qu'est-ce qu'il va me faire aujourd'hui?".

A 16 ans sa capacité pulmonaire était  de 7,4 litres alors que celle d'Indurain était de 8,1 litres à sa grande époque. "Aujourd'hui elle est de 7,8 litres". Cette aide n'est tout de même pas la clé de ses succès même si elle l'a bien aidé." Je ne me considère pas comme quelqu'un de super doté physiquement, je sais simplement que jusqu'à maintenant tout s'est passé pour le mieux".  Ceux qui connaissent son "moteur" disent qu'en plus d'une grande capacité au niveau du coeur, il a des muscles quasi uniques avec des fibres rapides et lentes, ce qui lui permet de gagner au sprint et dans les arrivées en altitude. Il ne faut donc pas s'étonner qu'en plus d'Indurain, Jalabert était également une de ses idoles. "Certains sont bien meilleur que moi au niveau des tests en laboratoire mais, et je ne connais pas le motif, marchent moins bien sur la route."

Après avoir était à d'innombrables reprises champion régional et d'avoir brillé sur route comme sur piste (il a été champion d'Espagne du kilomètre et du contre la montre olympique chez les jeunes), Valverde s'engagea chez les amateurs de la Banesto. "J'ai gagné trois courses chez eux, mais je devais passer mes fins de semaines à Pamplune, c'est pourquoi j'ai accepté l'offre de la Kelme, qui en plus, me proposa de passer professionnel". Ainsi, après 3 ans chez les amateurs (il fut champion d'Espagne et vainqueur de la coupe d'Espagne en 2001), il débuta avec l'équipe de Belda en 2002 et, bien qu'en cette première année il ne gagna rien, l'année suivante il s'imposa à 9 reprises et termina troisième (derrière Heras et Nozal) de la Vuelta, dans laquelle il s'imposa à deux reprises au sommet d'Envalira et de la Pandera et tout cela à seulement 23 ans.

Depuis lors il n'a cessé de progresser même si cette année ça été un peu plus dure du fait qu'il a participé à un maximum d'épreuves du Pro Tour. "L'objectif était pour moi de me mesurer aux meilleurs et, mise à part le Challenge de Mallorque, toutes mes autres victoires je les ai obtenues dans des courses importantes", et spécialement lors de sa victoire au Tour à Courchevel. "Je sentais que je pouvais faire quelquechose de grand mais pas autant. Etre devant au coude à coude avec Armstrong était quelquechose d'extra, gagner fut comme un rêve. C'est la meilleur chose qui me soit arrivé dans ma carrière avec ma première médaille d'argent aux mondiaux".

Valverde considère comme accessible de s'imposer sur le Tour. "Ce n'est pas impossible" surtout maintenant qu'il n'y a plus Armstrong. "C'est l'exemple à suivre, un coureur de référence". Comme Lance, Alejandro s'est entouré des siens dans l'équipe Illes Balears: Fran Perez, Zaballa, Pereiro, Joaquin Rodriguez... "Se sont des coureurs de confiance, capable de gagner quand l'occasion se présente à eux. Ils sont forts. Nous avons une grande équipe". Il mettra également le paquet; "je note que je progresse chaque année et que je m'intéresse de plus en plus à tous les détails que sont le matériel, ma position, les entrainements...Je commence également à m'entrainer sérieusement pour 2006".

Source: Marca

 

Publié dans alejandrovalverde

Commenter cet article